Analyste transgénérationnel, psychogénéalogiste, coach et superviseuse.

Co-directrice, formatrice de l'école Généapsy - formation de professionnels à la clinique du transgénérationnel https://www.geneapsy.net

Au fil du temps et de mes expériences, j'ai acquis une conviction : le savoir-être conjugue le corps et l'esprit. C'est dans cette intention que j'accompagne mes clients* dans l'appréhension des problématiques qui interfèrent dans leur quotidien et les empêchent de trouver par eux-mêmes, la voie de leur mieux-être.

Ma formation et mon expérience de coach d'entreprise et de formatrice auprès de personnes et de groupes, m'ont permis de m'interroger sur les processus relationnels au travail, les typologies professionnelles et les potentialités conscientes et inconscientes de chacun.

Mon approche est holistique. L'écoute et la prise en compte globale de mes clients selon les différents aspects de ces disciplines, fondent le sens de mon travail.

portrait%20Eli%20normal_edited.jpg

*Pourquoi ai-je opté pour le terme "client" et non "patient" ?

Le terme patient appartient plutôt au champ médical. Or, je ne suis pas médecin. Le mot patient a une étymologie qui m'a amenée à réfléchir sur ma posture de thérapeute. Je considère la personne qui vient consulter, mon égale. Elle vient chercher des compétences qui lui permettent de se poser les bonnes questions et ainsi, récupérer une part de libre-arbitre. Elle est actrice de sa vie, de ses choix ; je ne détiens donc pas de solutions...

PATIENT, -ENTE, adj. et subst.
Étymol. et Hist.A. Adj. 1. 1remoitié xiies. «qui supporte patiemment les défauts d'autrui» (Psautier d'Oxford, 85, 14, éd. F. Michel, 123); 2. 2emoitié xives. «qui souffre sans murmurer les adversités, les contrariétés» (Brun de la Montaigne, éd. P. Meyer, 3126); 3. 1370-72 t.didact. «qui subit» (Nicole Oresme, Ethiques, V, 23, éd. A. D. Menut, 327); ca 1380 emploi subst. (J. Lefevre, La Vieille, 196 ds T.-L.). B. Subst.1. xives. «malade» (Brun de Long-Bore, Cyrurgie, ms. de Salis, fo102d ds Gdf. Compl.); 2. 1617 «personne qui est condamnée au supplice» (A. d'Aubigné, Avantures du baron de Faeneste, I, 12, éd. Réaume et de Causade, II, 419). Empr. au lat. patiens «qui supporte, endurant», part. prés. adjectivé de patior «souffrir, supporter, endurer».

Source : http://www.cnrtl.fr/etymologie/patient

Analyste transgénérationnel
Psychogénéalogiste

Elisabeth ALVES PÉRIÉ